Investir dans l’immobilier locatif

Si vous souhaitez compléter vos revenus et vous constituer un patrimoine, l’investissement dans l’immobilier locatif est une solution des plus sures. Cette manière d’investir consiste à acheter un bien dans le but de le louer par la suite. De plus, l’achat d’un logement en location peut vous faire bénéficier de réductions sur l’impôt sur le revenu car l’état vous octroie des déductions d’impôt.

Ce type d’investissement est le seul placement vous permettant la constitution d’un patrimoine financé à crédit dont les trois quarts sont payés par le locataire et le reste par une économie d’impôt et un effort d’épargne réduit. Vous avez à votre disposition un arsenal de dispositifs d’investissement sur le marché parmi lesquels ceux concernant les lois Robien, Scellier ou Borloo, Censi-Bouvard et Malraux qui vous feront bénéficier d’avantages fiscaux.

Neuf ou ancien ?

Tout dépendra des opportunités qui s’offriront à vous. L’immobilier locatif neuf est plus défiscalisé tandis que l’ancien est plus rentable.

  • L’avantage du neuf est de déduire de son revenu foncier un pourcentage du prix d’achat dans le cadre d’un investissement Robien mais les prix sont généralement élevés.
  • L’ancien est moins cher que le neuf de 20 à 25% du mètre carré et souvent plus rentable. L’acheteur bénéficie d’une réduction sur des travaux de réfection de ses recettes locatives. . La loi Censi-Bouvard peut vous permettre de bénéficier d’une réduction d’impôts de 11% mais également de la récupération de la TVA à 20% en fonction de votre statut.
  • La loi Malraux vous fait bénéficier d’une réduction d’impôts si vous êtes propriétaire d’un logement dans un immeuble ancien en zone protégée et si vous souhaitez procéder à des travaux de rénovation avant la mise en location.
  • Vous pouvez aussi bénéficier d’avantages fiscaux dans le cadre de la loi Monuments Historiques si vous souhaitez acheter un logement ancien classé et inscrit à l’inventaire des Monuments historiques.

Et la fiscalité ?

Si vous êtes propriétaire et percevez plus de 15.000€ de recettes annuels, vous êtes soumis au régime fiscal du réel. Vous devez déclarer au fisc les loyers dans la catégorie des revenus fonciers et ils seront imposés dans le cadre de l’impôt sur le revenu. Vous avez aussi la possibilité de déduire certaines charges que ce soit pour un logement neuf ou ancien

Le revenu brut foncier comprend :

• Les loyers perçus au cours de l’année.

• Les charges forfaitaires payées par le locataire moins les dépenses payées par le propriétaire pour le compte du locataire (charges locatives, consommation d’eau, droit de bail)

Certaines charges peuvent être déduites du revenu foncier. Ce sont :

• Les frais de procédure : honoraires d’avocats, d’experts.

• Les rémunérations, honoraires et commissions versés à des tiers pour la gestion du bien loué.

• Les honoraires versés à un administrateur de biens ou à un syndic de copropriété.

• Les rémunérations versées en contrepartie des prestations fournies par une agence immobilière.  Les commissions et honoraires versés pour la rédaction d’un bail, la tenue de la comptabilité.

• Les frais de gérance et les frais de gestion : rémunérations versées à un gérant ou un syndic de copropriété pour leur montant réel.

• Les salaires des gardes et des concierges.

• Les dépenses de réparations, d’entretien et d’amélioration de l’habitat.

• Les frais de rémunération des gardiens.

• Les primes des contrats d’assurance pour impayés de loyers.

• La taxe foncière (hors taxe ordure).

• Les intérêts d’emprunts contractés pour l’achat, l’entretien ou la réparation du bien, sans limitation de montant ni de durée.

Pas de réponse à votre recherche en "Investissement Locatif" ?
Précisez votre question dans le bloc ci-après...

(Visites totales 3, 1 aujourdhui)