Mener à bien son achat immobilier

Devenir propriétaire d’un logement est souvent un rêve semé d’embûches. Voici quelques conseils pour réussir votre acquisition immobilière.

Trouver un bien et l’offre d’achat

C’est assez intuitif, mais ne vous précipitez pas dans l’acquisition de votre appartement ou maison. Garder en tête la fameuse rengaine : “situation, situation, situation”. Surtout si vous achetez  dans le cadre d’investissements défiscalisants , vous pourriez négliger la qualité du bien au regard du gain en impôt.

Le libellé de l’offre d’achat est aussi à rédiger soigneusement car il faut respecter les formalités. L’acheteur, à travers la lettre d’intention, s’engage vis à vis du vendeur. Dès qu’il y a accord sur le prix et les modalités, une vente est considérée comme parfaite.

Parapher le compromis de vente

Précédemment  la signature du compromis de vente, obligez le vendeur qu’il vous procure les trois derniers comptes-rendus des assemblées générales de copropriété afin de pouvoir identifier des dépenses à venir. En effet, l’acheteur est seul redevable des appels de fonds survenant après la vente, même si ces dépenses ont été votées par le vendeur.

Depuis quelques années, nous avons assisté à une multiplication des diagnostics techniques que l’acheteur doit valider avec soin : le diagnostic plomb, le constat d’amiante, l’état parasitaire, l’état des risques naturels et technologiques … et depuis le début de l’année la performance énergétique d’un bien immobilier.

Lors de la signature du compromis de vente, l’acquéreur doit généralement verser un acompte correspondant à 10 % du montant total du bien. Si l’acheteur se désiste, ce montant ne lui sera pas restitué.

Toutefois il y a deux exceptions à signaler : le délai de rétractation de 8 jours à partir de la signature du compromis de vente durant lequel l’acompte est remboursé sans frais et la rétractation dans le cadre des conditions suspensives qui protège l’acheteur si ce dernier voit sa demande de prêt immobilier refusée par la banque.

Après  la signature du compromis de vente, le vendeur a l’obligation de vendre et ne peut en aucun cas se dédire.

Les frais secondaires

Les gains du notaire calculés en fonction des services rendus, la taxe de publicité foncière et les droits d’enregistrement prélevés par le notaire pour l’Etat sont de l’ordre de 7.5% du montant total du bien acquis.

La commission de l’agent immobilier est d’environ 5% et varie en fonction de l’agence et de la valeur totale du bien.

Sans parler des intérêts d’emprunt et l’assurance, des frais de dossier et de cautionnement sont aussi à anticiper.

Bref, l’ajustement de la taxe foncière, du fond de roulement et des charges de copropriété peuvent également donner lieu à une dépense supplémentaire.

Pas de réponse à votre recherche en "Investissement Locatif" ?
Précisez votre question dans le bloc ci-après...